Un médecin part en retraite et “donne sa clientèle”

Entre puissance des réseaux sociaux et tristesse d’un monde médical rural toujours aussi déserté, l’histoire de Pierre Blandeau est symptomatique de notre époque. A la fois touchante et presque desespérante mais symbôle d’une génération de praticiens. Le médecin, qui prendra sa retraite à la fin de l’année, a en effet fait le buzz sur Facebook et Twitter depuis un mois avec une annonce visant les jeunes désireux de reprendre la patientèle de son secteur.

https://www.facebook.com/pierre.blandeau.50/posts/1591884434420469?fref=nf

Lutter contre les déserts médicaux

Mais peut-on réellement parler de désert médical et de lieu reculé lorsque ce cher médecin nous indique travailler dans un village sympathique “à 6km de la deuxième ville de Vendée et à 40 minutes de Nantes” ? Il y a des coins de France bien plus isolés. Mais dès qu’il y a campagne et visites à domicile cela peut faire peur à beaucoup de confrères. D’autant plus pour la nouvelle génération adepte de la ville et de ses distractions.

Pourtant ce sont dans ces conditions que l’on apprend le mieux le métier de médecin généraliste. A l’écoute, ne comptant pas ses heures, pour une médecine de campagne à l’ancienne faite de lien social et d’accompagnement au quotidien. Souvenez-vous de mon ôde à la visite à domicile il y a quelques semaines…

Une patientèle fidèle

Avec ses 37 années passées dans ce village le docteur Blandeau doit être une figure respectée localement, avec des patients qu’il a vu grandir et vieillir, presque un membre de certaines familles très ancrées dans ce coin de Vendée à quelques encablures de la mer.

C’est un début de carrière en or pour un jeune souhaitant se lancer. Il va falloir faire ses preuves, mais avec une bonne dose de professionnalisme et autant de bon sens cela ne devrait pas poser de problèmes au prochain médecin généralitse du village. Le matériel médical et informatique est lui aussi disponible, très peu d’investissements sont donc à prévoir.

Malgré le buzz de cet appel à la reprise de cabinet, Monsieur Blandeau affirmait le 2 juin dernier ne pas avoir de contact concret. Nous espérons sincèrement que cela a changé depuis, et vous invitons à relayer son appel sur vos comptes Facebook et Twitter !

Pour le contact c’est ici : pierre.blandeau85@orange.fr

Comment élever le débat sur Doctissimo ?

On parlait la semaine dernière de la modification de la relation patient/médecin à travers les nouveaux outils technologiques. Outre les objets connectés de santé qui commencent à prendre beaucoup de place dans le quotidien des patients, la question des sites d’information santé est elle aussi primordiale. Quel médecin n’a jamais rencontré des difficultés à expliquer son diagnostic quand le patient s’était fait son propre avis sur des sites d’échange d’expérience et d’avis plus ou moins médicaux ?

Un accompagnement plus poussé est possible

Ces plateformes bien référencées sur Google sont aujourd’hui la source d’information santé de beaucoup de nos concitoyens. Une bonne chose pour un accès simple à de l’information permettant de désengorger les salles d’attentes ou les urgences pour de petits bobos du quotidien. Mais plus problématique et même dangereux quand ces sites deviennent une base de diagnostic et d’auto-médication.

Il est donc de la responsabilité du corps médical de prendre le temps d’accompagner les patients pour bien comprendre les points positifs mais aussi les dérives et les risques liés à des sites et forums comme Doctissimo et quelques autres. Les millions de connexions mensuelles et les milliers de participants ne sont pas forcément un gage de qualité, la masse entraînant même plutôt encore plus de “déchets”.

Nous n’avons évidemment pas vocation à devenir modérateurs ou cautions médicales de telles plateformes web. Mais nous pouvons tous à notre échelle oeuvrer pour rendre ces forums toujours plus qualitatifs. En allant poster quelques compléments d’informations ou aides au diagnostic sur des sujets que l’on connaît bien. Mais aussi en alertant nos patients sur leur utilisation de ce genre de contenus.

Un bon levier de communication santé

Même si les sites comme Doctissimo sont souvent décriés pour la pertinence des avis sur son forum, les contenus édités en propre par le site sont en général plutôt qualitatif. Un bon levier d’accès à l’information santé “de base” complétée par l’expertise d’un professionnel généraliste ou spécialiste. Un enjeu de santé public à l’heure du numérique, rien de moins !

Quel avenir pour la santé connectée dans la relation patient/médecin ?

Les nouvelles technologies changent notre vie quotidienne, c’est indéniable. Notre façon de consommer des contenus culturels, de communiquer entre nous, nos rapports aux autres, mais aussi notre rapport à la santé. Les sites plus ou moins spécialisés en santé se multiplient chaque année, et les internautes sont friands d’avis et de conseils pour se soigner tout seul. Mauvais calcul dans certains cas. Mais c’est malgré tout un véritable changement qui s’amorce dans la relation entre les citoyens et leurs médecins.

Un petit conseil ou un vrai accompagnement ?

Si vous avez l’habitude de consulter les sites références dans le domaine de la santé et des conseils du quotidien vous savez certainement repérer les bons des mauvais conseils. Entre les professionnels de la cosmétique ou de la pharmacie déguisés sous les traits numériques de personnes lambda et les retours d’expérience pas toujours très professionnels au sens médical du termes, il y a pas mal de déchets. L’information délivrée par votre médecin est bien entendue incomparable de qualité et de fiabilité. Mais il est vrai qu’il est tentant d’accéder à une information plus rapide et gratuite en ligne. Il faut donc que les professionnels de santé prennent en compte cette nouvelle donne pour accompagner et conseiller. Quels sites sont fiables ? Comment mixer RDV médical et informations en ligne le reste du temps ? Le médecin doit savoir s’adapter à ces nouveaux outils et accompagner son patient pour qu’il tire profit de ceux-ci sans tomber dans l’auto-médication dangereuse.

Les objets connectés de santé arrivent !

C’est la nouvelle grande révolution dans le domaine du numérique, les objets connectés font leur entrée dans nos habitudes de vie depuis quelques années maintenant. Des applications de running aux bracelets qui comptent vos pas en passant par les applications qui suivent votre nutrition, il existe de nombreuses façon de connecter sa santé aujourd’hui. Un bon moyen de suivre son activité physique quotidienne et de prévenir certains maux. Mais où placer le curseur entre aide et sur-connectivité ? Le domaine de la santé se transforme au grès des innovations technologiques. La relation patient/médecin doit s’adapter à ces bouleversements. Des sujets d’études passionnant pour les professionnels médicaux !

L’indispensable visite à domicile

Même si nous aimons beaucoup le confort de nos cabinets, la médecine se joue aussi sur le terrain au plus près de nos patients. C’est d’autant plus important en milieu rural où les professionnels de santé se font de plus en plus rare. Un médecin et une infirmière à domicile permettant d’amener tellement plus que de simples soins à ces patients qu’il est indispensable de conserver cette pratique.

Ma première visite, inoubliable

Si je prends la défense de cet acte médical primordial, c’est parce que comme beaucoup de mes confrères j’ai commencé par effectuer des visites à domicile comme médecin généraliste de campagne. Et même si cela peut paraître vieille France, c’était il y a seulement 10 ans. Je me souviendrai toujours de cette première visite à domicile chez une patiente âgée pour qui je représentais le dernier lien social permanent.

Une visite de routine. Mais une expérience si marquante que j’y pense encore aujourd’hui quand un futur médecin me demande ce que je retiens de mes premières années de pratique. La réponse ne varie jamais : rien ne vaut le terrain. Ce terrain où vous rencontrerez des gens qui ont besoin de vous bien plus que vous ne le pensez.

Bien plus qu’un simple rendez-vous de santé

D’un point de vue médical bien entendu. Mais aussi, et je dirais même surtout, pour égayer leur vie quotidienne d’une présence. D’un confident parfois, tout en sachant raison garder. Médecin généraliste mais aussi kinésithérapeute ou infirmière libérale, tous ces professionnels qui exercent à domicile forcent mon respect chaque jour un peu plus.

Si le temps passé sur la route et les kilomètres avalés vous font peur foncez tout de même. Cette expérience changera à jamais votre ressenti de médecin et votre manière de travailler, je vous le garantis.