Anthologia

L’art de la transition

Rédigé par User - - aucun commentaire

Lundi matin, première consultation, je vois madame L., 28 ans, qui vient pour retirer trois points de suture au talon droit. Je m’exécute. Elle ne veut pas regarder tellement c’est horrible, gémit un peu, fait mine de prendre sur elle tellement je la torture.

La fin de la consultation sonne mais elle se rappelle qu’elle voulait me dire autre chose. (aïe) Elle a fait un bilan sanguin il y a une semaine et elle est se plaint d’une douleur très gênante au point de ponction. Localement: une ecchymose de cour de récré, pas de signe d’inflammation. Je suis rassurante. Mais elle insiste: Si, si elle a eu trèèès mal, d’ailleurs elle est allée voir la pharmacienne pour se procurer de quoi se faire des pansements alcoolisés; d’ailleurs, cette dernière lui a dit que cette douleur était tout à fait anormale. (Je tiens à remercier chaleureusement la pharmacienne au passage.)

Ok, je recommence: pas de signe de phlébite, pas d’adénopathie, pas de … Bon, ça va passer tout seul, rien de grave madame, un gramme de PARACETAMOL éventuellement.

Première consultation de la semaine et j’ai déjà 15 minutes de retard. Juste après, je vois monsieur S. pour qui j’avais prévu une consultation longue: cancer ORL pris en charge l’année passée, dénutrition, découverte d’une métastase cérébrale la semaine dernière suite à une première crise comitiale … Enjoy …

Médecin traitant

Rédigé par User - - aucun commentaire

Médecin traitant

Médecin généraliste, vous reçoit dans son cabinet. A l’écoute, elle saura établir un diagnostic précis. Elle vous prodiguera les soins et les traitements les mieux adaptés à vos pathologies.

Pour ce faire, votre patricienne a acquis bon nombre de diplômes et de qualifications afin de développer ses compétences :

Le cabinet de votre médecin généraliste

Le cabinet est facile d’accès. Il dispose d’un parking privé et d’installations destinées aux personnes en situation de handicap.

Vous ne pouvez vous déplacer jusqu’au cabinet ? Suite à une intervention chirurgicale, vous êtes immobilisé ? Votre médecin propose, sur rendez-vous, des visites à domicile.

Médecin à domicile

Elle se déplace dans les différentes communes situées dans le département de la Haute-Savoie.
N’hésitez pas à la contacter si vous souhaitez obtenir des renseignements supplémentaires.

Les soins

Médecin généraliste

Disponible et à l’écoute de ses patients, Elle effectue tous les actes et les soins qui ne nécessitent pas d’hospitalisation. Ainsi, elle est en mesure d’assurer le suivi de grossesse et d’accompagner la future maman, des premières semaines d'aménorrhée jusqu’au suivi postnatal. Prises de sang, échographies, suivi gynécologique sont autant d’examens qu’elle peut vous prescrire ou réaliser. Véritable période d’épanouissement pour certaines, ces neuf mois peuvent laisser place aux doutes et à l’angoisse pour d’autres. Elle saura répondre à vos questions liées à la parentalité ou au jour J.

La pédiatrie : suivi du nourrisson

Le moment tant attendu est arrivé ! Votre bébé a enfin pointé le bout de son nez ! Par le biais de visites régulières, elle veille au développement et à la bonne croissance de votre enfant. Elle vous aiguillera sur l’allaitement ou la prise de biberons. Mais aussi sur le passage aux petits pots. Poliomyélite, rougeole ou encore gastro-entérite, elle effectuera avec douceur tous les vaccins recommandés par la Haute autorité de santé (HAS).

Les petites chirurgies

Il suffit d’un moment d’inattention pour être victime d’une mauvaise chute ! Une petite plaie ouverte, une foulure...Ces maux ont besoin d’être traités et apaisés le plus rapidement possible. Votre médecin généraliste vous prendra en charge et effectuera sutures, bandages et autres soins dans les délais les plus brefs.  

Le suivi gynécologique

Le suivi gynéco-obstétrical peut être réalisé par votre médecin généraliste. Elle réalise la pose d’implants intra-utérins et vous informe sur les différents moyens de contraceptions existants.

Les dépistages des cancers

Face au cancer, il est essentiel voire vital de réagir au plus vite. Le dépistage est une démarche qui vise à déceler, en l'absence de symptômes, des lésions susceptibles d'être cancéreuses ou d'évoluer vers un cancer. Un simple examen permet au patient d’être soigné au plus vite, de bénéficier de traitements efficaces et de limiter voire stopper l’évolution de la maladie. Depuis quelques temps, vous remarquez des symptômes inhabituels ? Des douleurs persistantes sur un organe en particulier ? N’attendez plus, consultez !

Le suivi des maladies chroniques

Pas facile d’accepter qu’une maladie chronique s’immisce dans notre vie ! Diabète, maladie de Crohn, sclérose en plaques… Elle vous rassurera et vous conseillera sur les gestes à adopter (alimentation, activité sportive, traitement…) au quotidien pour continuer de vivre votre vie comme vous l’entendez.

La prévention

Surpoids, vaccination, dépression, contraception, dépistage sérologique...Votre médecin vous informe et vous conseille sur les comportements à risque et leurs conséquences sur votre santé. Sans jugement de valeur, elle répondra à vos questions quelles qu’elles soient.

Somato-psychopédagogie

Rédigé par User - - aucun commentaire

Il exerce ce métier de découverte et d'expérience de soi depuis 17 ans. Elle utilise différentes méthodes afin de faire comprendre aux clients qu'elle reçoit qu'ils ont tous dans leur intérieur, des solutions pour prendre conscience de soi et pouvoir l'exprimer dans la vie quotidienne.
Elle utilise ses connaissances dans le domaine sophrologique (qui est une étude pour une conscience bien portante) pour les accompagner dans la paix intérieure dans le but d'atteindre beaucoup plus de choses que les clients pensent ne pas pouvoir atteindre dans leur vie. La somato-psychopédagogie utilise le corps, car c'est par cette approche que le client ressent mieux ; le lien qui existe entre le corps et le psychisme, où diverses informations circulent entre les deux parts ; enfin l'apprentissage de son expérience corporelle. Cette technique permet d'améliorer la manière dont le client mène ses actions dans la vie, afin que celle-ci soit plus cohérente.

Les différents moyens d'apprentissage de la conscience de soi :

L'apprentissage commence par un toucher à l'écoute du corps, afin d'éliminer toutes les résistances physiques pour pouvoir accéder à l'intelligence perceptive. Ensuite vient le temps de la parole, pour décrire les expériences lors de rencontres intérieures, et donner des explications sur les effets personnels, mais aussi sur autrui. Le mouvement est ensuite un moyen de bouger autrement, et donc de voir la vie différemment, permettant de s'adapter plus facilement aux difficultés de la vie.
Des ateliers de mouvements sensoriels sont mis en place afin de mettre en pratique cette nouvelle façon de bouger plus en douceur et en lenteur afin de mieux percevoir sa conscience dans les gestes. Dans le cas où le client souhaiterait plus se détacher du passé, pour être mieux attentif au futur, il peut participer seul ou en groupe à une technique « à la recherche du présent », le corps étant plus attentif aux sensations du présent, pour mieux affronter le futur.

Une méthode définie en quatre points fondamentaux :

Il existe quatre perspectives de soi lors d'une séance de somato-psychopédagogie : le premier point consiste à l'accompagnement manuel, qui repère donc les endroits de tension et les enlever pour un état d'esprit plus unitaire. Deuxièmement, la gymnastique sensorielle, par le biais d'enchaînement de mouvements simples, lents mais inhabituels dans le but de découvrir la présence de soi. L'introspective sensorielle est la troisième perspective, c'est l'écoute de soi en vue de sentir considérablement son existence. Enfin, dernier point, un entretien verbal à médiation corporelle : cette pratique met en place des échanges verbaux afin d'aider la personne à décrire et à exploiter son expérience intérieure. Cela lui permettra de prendre conscience de son vécu et d'en ressortir des définitions profondes.

Pas de fumée sans feu…

Rédigé par User - - aucun commentaire

Depuis plusieurs mois, je suis madame M., ou plutôt, ai-je le sentiment que c’est madame M. qui me poursuit.

Madame M., que par soucis de confidentialité nous appellerons Tatie Danielle, a 84 ans. Elle vit à 800 mètres du cabinet. Elle est veuve. J’ai longtemps cru qu’elle vivait avec son fils (que par soucis de confidentialité nous prénommerons Tanguy) mais en fait, celui-ci passe régulièrement la voir ; en tout cas, il est souvent présent lors de mes visites.

Tatie Danielle a les antécédents les plus communs pour une patiente de son âge : hypertension artérielle et un peu d’arthrose qui rend ses déplacements difficiles. D’ailleurs, elle ne se mobilise jamais sans son rolator qui, vu le volume qu’il occupe, n’est, à mon avis, pas adapté à l’étroitesse de sa maison.

Tatie Danielle finit par m’adopter assez vite. Bien qu’elle ne jurait plus que par l’ancienne remplaçante, elle finit par m’appeler régulièrement, trop régulièrement.

L’une de mes dernières semaine-type au service de Tatie Danielle s’est donc déroulée ainsi :

Lundi matin 8H00

Message des secrétaires :

Demande de visite pour Mme M : Ventre pas souple, appel de l’infirmière. Visite URGENTE ce jour.

J’ai vite appris à décrypter les messages des secrétaires. Comme lorsqu’elles me laissent ce genre de message : « Demande de visite pour Mme C. : Elle ne va pas bien du tout ; elle n’arrive plus à respirer ». Au début, j’étais à deux doigts de lâcher le cabinet, faire le 15 et me rendre sur place puis j’ai vite compris que ce genre de messages signifiait  … « rhinopharyngite » …

Je me rends donc au domicile de la patiente.

-« Qu’est ce qui vous arrive Tat… euh… madame M. ? »

-« Ben euh … » Elle hésite, me regarde puis se mets la tête dans ses mains : « ça ne va pas du tout !! »

A ce stade là, je sens que je peux enlever ma veste et prendre mes aises ; je ne suis pas sortie. D’ailleurs Tatie Danielle le note en relevant la tête :

-« C’est pas vous qui venez d’habitude ? »

-« Si, c’est bien moi ! »

-« Ah non, l’autre, elle est toujours pressée ! »



A noter dans le dossier médical : Pas-de-trouble-cognitif.



Je finis par comprendre un peu ce qui se passe : Tatie Danielle est constipée et pour les gens de son âge (pour les plus jeunes aussi), c’est intolérable…

[Lors de mon internat, durant mon stage aux urgences, je me souviens d’une patiente, 45 ans, amenée par ses filles pour douleur thoracique. Un magnifique sus-décalage nous a tous mis sur le pied de guerre. Branle bas de combat, chef, internes et externes monopolisent tous les téléphones disponibles pour la transférer illico. Mais la patiente s’en fiche, oui, royalement. Elle ne veut pas rester à l’hôpital de Douai. Et ses filles s’en mêlent car pour elles, il y a bien plus grave. L’une d’entre elles vient nous harceler au niveau du poste soignant :

-« Ma mère a des coliques, il lui faut le bassin ! »

Cinq minutes plus tard, horrifiée de notre manque d’humanité, elle se remanifeste :

-« Non mais il faut vraiment qu’on lui donne le bassin là ; en plus elle est constipée ! »

Alors mourir d’un infractus, bof, mais ne pas faire caca, mon dieu, quelle horreur !]

Pour en revenir à Tatie Danielle, elle me rapporte que ça a commencé le samedi précédent ; elle a mangé des pruneaux et des haricots verts mais ça a empiré les choses. L’infirmière est passée le matin même, lui a palpé le ventre alors qu’elle était attablée et a trouvé qu’il était moins souple (sic).

Je lui propose de s’allonger sur son lit afin de vérifier par moi-même. Elle empoigne son rolator et là, je constate l’incapacité des gens en général à ne pas savoir faire deux choses simultanément : elle ponctue chacun de ses pas par un « Je suis fatiguée » lâche tout, se retourne, me regarde pour que je compatisse, refait un pas, me lance : « J’ai 84 ans », s’arrête, me regarde lui sourire bêtement, repart, s’arrête :  « Je fais de la tension » , …

Un quart d’heure plus tard, j’examine un ventre parfaitement souple :

-« Je vais pas aller à l’hôpital de Douai ?  Je peux me rendre à la pharmacie aussi : http://www.pharmacie-de-gayant.com »

Comprendre : « ça serait peut être bien que j’aille à l’hôpital de Douai ».

Je lui fais une ordonnance avec tout ce qui plait au constipé par essence à savoir un bon lavement. J’en mets deux flacons, soyons fou !

-« Mais l’infirmière a dit que mon ventre n’était pas souple »

Là, je craque un peu : « Oui mais elle est infirmière, pas médecin ». Je regrette immédiatement, tout d’abord, je le sais, c’est mal de remettre en question les compétences des autres professionnels mais aussi parce que je vois un sourire narquois s’afficher au coin de ses lèvres et je sais qu’elle s’empressera de tout répéter à l’infirmière lors de son prochain passage.

Je saisis ma sacoche, prends (enfin) congé …

-« Et mon ZOLPIDEM ?! »



Vendredi 13H30

Appel des secrétaires : « Madame M. demande une visite pour aujourd’hui. Je lui ai dit que les visites étaient le matin mais elle VEUT que vous passiez quand même ».

« Ok, je passerai à la fin des consultations », ce qui ne me ravie guère, enfin, …

15H

Appel des secrétaires : « Madame M. souhaite vous parler ; je vous la passe »

-« Bah, j’ai appelé tout à l’heure et vous n’êtes toujours pas là ! Ca va pas mieux !»

-« Oui, j’ai dit que je passerai à la fin des consultations, vers 20H »

-« Ah non, pas après 18H, je suis fatiguée moi ! »



Fin des consultations, je me rends au domicile :

-« En fait, ça va mieux … »

Je me demande donc pourquoi je suis venue …

-« Mais depuis, j’ai un autre problème : quand je suis allongée, je tousse … » …  « … j’ai toussé toute la nuit … » … « … c’est que quand je suis allongée … » … « … j’ai 84 ans… »

Je lui re-prescris son traitement anti-reflux qu’elle ne prenait plus.

-« Mais ça, je peux le prendre avec mon traitement pour la tension ? »

-« Vous, vous le preniez déjà auparavant. »

A cours d’arguments, elle me libère.

Samedi 7H45

Appel des secrétaires : « Madame M. souhaite vous parler, je vous transfère la ligne »

-« Ca ne va pas mieux »

Je «  grmmbll » en mon for intérieur : qu’est ce qui se passe ENCORE !? Elle m’use vraiment, j’ai même l’impression qu’elle le fait exprès. Elle s’ennuie ou bien …

- « Il n’est pas là votre fils en ce moment ? »

-« Non, il est en déplacement et je suis toute seule et j’ai 84 ans … »

Finalement, la solitude est peut être bien le plus intolérable de ces maux, je l’écoute et lui fais comprendre que ma visite n’est pas absolument indispensable aujourd’hui. Je pense qu’elle a compris que j’ai compris quelle était vraiment sa souffrance et que ça ne nécessitait pas systématiquement de pomper 32€ à la sécu.

Lundi matin 8H00

Message des secrétaires : Demande de visite pour madame M. : « Elle va mieux mais veut que vous passiez pour en être sûre …

Les mots doux d'une infirmière

Rédigé par User - - 2 commentaires

Je publie souvent sur mon compte Twitter les palabres sympathiques des patients, secrétaires ou autres professionnels de santé rencontrés dans le cadre de mon travail. En voici une petite collection non exhaustive :

 

« Dites Docteur, je voudrais vous poser une question … J’ai quel âge ?? » « 45 ans » « Ah bon ?! C’est pas 43 ?! »

« Ma mère, elle a eu le cancer, du coup, on lui a fait de la chameau »

« Alors, j’ai vu l’Oréaile … » « Oui, vous avez donc vu l’ORL » … « Alors, l’Oréaile m’a dit … »

Fin de consultation : « Alors, comme ça c’est vous le médecin ? »

« J’ai trop mal à la tête docteur, j’ai mis un peu d’huile d’olive dessus mais ça passe pas »

Message électronique de la secrétaire: « Pour monsieur P.: concernant les chaussettes pour les pneus trop cher et pas bien + limité à 50 km il n’en prend pas »

Bis repetita (une autre patiente): « Rappelez-moi votre âge déjà ? » « Euh trente-huit, euh trenteuh…, euh je vais avoir quarante ? » *coup d’oeil sur le dossier*  « Vous allez sur vos 41 ans ! » « Hein ? quoi ? déjà ?! »

« … Ah bon, mais moi je croyais que, quand on était enceinte, c’était mauvais pour le bébé d’arrêter de fumer ! »

« Ah vous êtes remplaçante ?! Bon, dans ce cas, je vais vous poser une question simple ! »

Courrier médical : « Dans ses antécédents, on retrouve une tachycardie de Blue Ray …»

 

Classé dans : - Mots clés : aucun